Afrique de l’Ouest: Energie électrique – Vers la création d’un marché régional

« Faire de l’énergie des réseaux électriques nationaux la solution durable à la crise énergétique qui frappe durement les Etats de la Cedeao », est l’objectif que se sont fixé les membres du système d’Echanges, d’énergie électrique ouest africaine (EEEOA).

Afrique de l’Ouest: Energie électrique – Vers la création d’un marché régional
En prélude à la 11ème session de l’Assemblée générale du système d’Echanges, d’énergie électrique ouest africaine (EEEOA) qui se tiendra ce vendredi 11 novembre, la coordination des partenaires techniques et financiers de l’EEEOA a tenu sa 28ème réunion ce jeudi 10 novembre 2016 à Ouagadougou.

Ce cadre de concertation permet d’échanger sur le financement des infrastructures d’énergie électrique. Cette table ronde des bailleurs de fonds a permis le bouclage de certains projets et d’autres nécessitant un coup de «pouce» pour leur mise en œuvre.

« Faire de l’énergie des réseaux électriques nationaux la solution durable à la crise énergétique qui frappe durement les Etats de la Cedeao », est l’objectif que se sont fixé les membres du système d’Echanges, d’énergie électrique ouest africaine (EEEOA).

Selon le secrétaire général du WAPP (l’acronyme en anglais du EEEOA), Siengui Apollinaire Ki, grâce aux partenaires techniques et financiers, des projets majeurs et structurants ont été réalisés et d’autres seront bientôt une réalité. Il a cité entre autres la construction et l’équipement de la première phase du Centre d’information et de coordination de l’EEEOA, la synchronisation des réseaux du WAPP, le projet d’interconnexion de 3330 KV reliant Ghana-Togo et Bénin.

Au jour d’aujourd’hui, à l’en croire, un bon nombre de projets en cours de préparation et certains dans un état très avancé nécessitent un « coup de pouce » pour leur mise en œuvre effective. Il s’agit de l’interconnexion de 330 KV reliant le Nigéria-Niger-Bénin/Togo et le Burkina Faso qui constitue la dorsale Nord ; il y a aussi le projet d’interconnexion de 225 KV reliant le Ghana-Burkina et le Mali.

Aux dires de M. Ki, le réseau électrique du WAPP a, actuellement, un besoin urgent d’unités de production pour dérouler son Schéma directeur de développement des infrastructures de production et de transport de l’énergie électrique de la Cedeao évalué à 26 milliards de dollars. Il a fait savoir que ce Schéma contient un grand nombre de projets de production qui intéressent des bailleurs de fonds mais que très peu ont été les objets d’études de pré investissement par manque de fonds.

D’après les explications du secrétaire général du WAPP, ce Schéma directeur constitue l’ensemble des infrastructures qui vont permettre d’interconnecter tous les 14 pays continentaux de la Cedeao. « Aussi, ce Schéma permettra de développer des moyens de production, des sources de productions que sont les barrages électriques, les grosses centrales de production qui vont nous permettre à long termes de créer un marché d’énergie électrique pour l’espace Cedeao. Ce marché va permettre à tous les pays de commercer l’électricité à toutes les sociétés et de partager les ressources en énergie électrique qui sont abondantes dans certains pays et déficitaire dans d’autres » a renchéri le Secrétaire général.
Pour lui, l’actualisation de ce plan directeur sera bientôt une réalité. « Cela permettra à tous les acteurs d’avoir une vision claire, globale et cohérente sur le développement futur des infrastructures de production et de transport d’électricité dans la région, tenant compte des réalités actuelles et des orientations nouvelles en matière de protection de l’environnement » a t- il expliqué

En termes d’attentes financières, le gouvernement burkinabè souhaite que les partenaires techniques et financiers (PTF) se mobilisent autour des projets. « Compte tenu des nombreux projets que le gouvernement a, nous attendons des PTF qu’ils se mobilisent autour des projets qui leur sont présentés pour permettent leur mise en œuvre diligentes afin d’aider le Burkina à résoudre ses difficultés énergétiques», a souligné le directeur général de la Coopération, Ambroise Kafando. Il a ensuite précisé que le secteur énergétique au Burkina Faso est un secteur prioritaire pour lequel le gouvernement a pris l’engagement de tout faire pour pouvoir assurer une fourniture efficace. « Et nous, en tant que représentant du ministère en charge des Finances, notre rôle est d’aider à mobiliser les ressources nécessaires afin de mettre en œuvre ces projets »
Le directeur général de l’Energie de la Cedeao, Bayaornibè Dabiré, a lui exhorté les partenaires techniques et financiers à continuer d’accorder leur confiance et leurs contributions sans lesquelles, l’EEEOA ne peut poursuivre avec détermination sa marche vers son objectif ultime de créer le marché régional de l’électricité qui permettra d’assurer aux populations des Etats membres de la Cedeao un approvisionnement en énergie électrique régulier, fiable et à des coûts compétitifs
Read More on the Website

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *